Pax Luminosa

L’église Saint-Dominique de Jonquière a été le théâtre d’une belle et grande première, mardi soir. Elle a eu lieu dans le cadre des Mardis de la Saint-Do, la série consacrée à l’orgue tenue en août, dont c’était le deuxième rendez-vous cette année. La mezzo- soprano Claudine Ledoux et l’organiste Julien Girard, qui possède également une belle voix, ont étrenné un programme sur lequel ils planchaient depuis plusieurs mois.
[…] Le concert s’est ouvert sur une séquence envoûtante, en effet, grâce à quatre airs composés en Angleterre au temps du baroque. Le tout premier, Music For A While de Purcell, a montré le Casavant sous son jour le plus cotonneux. Par bouts, on avait l’impression que l’instrument engageait un dialogue avec la mezzo-soprano dont la voix profonde, très douce, exprimait la joie que procure la musique. […] ce sentiment de félicité n’a plus quitté les spectateurs. Il a été perpétué par des pièces comme Sweet Nymph de Morley, chantée a cappella, en duo, et par Caressing Butterfly de Barthelemy, une œuvre pour orgue dont certains passages auraient pu constituer la bande sonore d’un joli rêve.
[…] La deuxième partie du concert, À la brunante, a permis aux interprètes de se rapprocher du public, alors qu’ils se sont déplacés vers le chœur. […] Parfois réduite à un souffle, spectrale à la toute fin, la voix de Claudine Ledoux a recréé cet instant magique, tellement fragile, qui sépare le rêve du retour à la réalité.
C’est aussi elle qui est allée à la rencontre du public par le truchement de Jocelyn, une berceuse de Benjamin Godard popularisée par Tino Rossi. L’orgue grondait doucement, lointain, lorsque la mezzo-soprano est descendue jusqu’aux premiers bancs, puis dans une allée. Pendant que son corps entrait dans la pénombre, sa voix a occupé tout l’espace, une voix si souple, si maîtrisée, qu’elle se moulait à chaque mot, à chaque note. […]

Un véritable moment de grâce
Daniel Côté, Le Quotidien, 15 août 2018